Fredbook (Rencontres du 50ème type)

Faire la liste de toutes les personnes rencontrées dans ma vie

Brainstorm : enfance à Pompadour

| 4 commentaires

On dirait que j’ai fini d’épuiser mon brainstorm sur l’école communale de Pompadour. Je vais donc maintenant m’embarquer sur tous les personnages du village. Tout à l’heure j’ai essayé d’établir une chronologie de ma vie et si j’ai bon, en fait je suis resté à Pompadour jusque vers 8 ans, alors que dans mon esprit j’étais parti bien plus tôt. Oui mais voilà, quand on se met à compter, on tombe sur un résultat qui n’est pas celui de la mémoire… A affiner.

Le Bois-Vert

Le Bois-Vert c’était ma rue. Je peux citer à peu près tous les habitants de la rue, jusqu’au stade. Le Bois-Vert était un lotissement créé par mon grand-père. Pas vraiment un service rendu à l’architecture, chaque maison était moche et différente. Mais j’y étais heureux : ma maison était la dernière de la rue; au-delà c’était la nature. Et je connaissais tout le monde, j’étais chez moi dans toutes les maisons.

Un dessin vaut mieux qu’un long discours, même un mauvais dessin. Alors voilà le plan de mon paradis :

Le Bois-Vert, années 60Ca fait : Les deux dames, les Faure, monsieur et madame Lachaud, monsieur Monteil, les Géraud, les Frécot, madame Dufour, les Broche, les Conjour, les Langrand, les Robert, la famille Dumaine, et les Bardon.

En allant vers le bourg

En continuant la route vers le haut, on allait vers le bourg. Selon le chemin qu’on prenait, on tombait chez des tas de gens différents.

Route de droite : les Roger (Simone Roger, Jean Roger, Françoise Roger, Claude Roger), les Dumas, Jean Bussy, le presbytère, madame Lissard, la Mot (madame Peyramaure), les Couderc, les le Mouel. 

Route de gauche, par l’école : le capitaine, le petit cordonnier, les Planade, les Taillandier,  mademoiselle Védrie, chez Lavialle, l’épicerie Brugère, les Aupetit, les gens qui habitaient en face de chez ma mamie et dont j’ai oublié le nom.

Puis on arrivait sur la place de la poste, où se trouvait la boucherie de monsieur Couhadon, où travaillaient monsieur Donzeau et Evodiot (je ne sais pas comment ça s’écrit), il y avait les Estrade – le Mouël, la poste, une boulangerie, le Canari.

En traversant Pompadour

En montant l’allée des Marronniers, les Remparts, chez Bardon, le tabac, le salon de coiffure (monsieur Berland puis monsieur et madame Frécot), Coop, Spar, la pharmacie Géraud, le café des Sports, le tapissier dont le nom m’échappe mais pas pour longtemps (ca y est : monsieur Géry), la maison du docteur Mouriès. 

Et évidemment le château, où vivaient les Bideault, les Pechdo, plus tard Bruno Pourchet, les Villatout, et où il y avait tous les palfreniers.

Vers Ségur et Vignols

En tournant à droite pour aller vers Ségur, chez Boisserie, le marchand de montres dont je vais retrouver le nom (ca y est : Biojoux), chez Ranoux. 

En tournant à gauche pour aller vers Vignols, chez le Hech (traiteur), chez Manquat (vétérinaire), chez Debernard (maison de la presse), chez Caramigeas (primeur),  la boulangerie,  chez Nouaille (garagiste), le garage en face de chez Nouaille, chez madame Roche (épicerie – déjà faite), chez le sabotier, chez Annie (salon de coiffure). Et vers la sortie de Pompadour le garage Peychieras. Puis dans la rue de la piscine, chez Noémie, la couturière. On passait aussi devant chez Paulette Parvé, devant l’auberge de l’hippodrome

Vers Lubersac et Beyssac

Et si en haut de l’allée des marronniers on passait devant l’hippodrome on se dirigeait :

vers Lubersac : chez Gérardin nos cousins, chez les Daude, chez Golfier (télé, électricité), chez Lachaud (menuisier), chez Célerier (peintre), chez Darnac (épicerie), chez Penaud (cycles), chez Delarue (boucherie), chez Redon (médecin), l’auberge du château, chez Quilivic (tabac), chez Theillet (boulangerie), chez Robert (cadeaux), la mercerie, chez Juge (assurances), le garage, chez Alain Parveau, chez Robert, après leur déménagement du Bois-Vert (plomberie). Puis en repassant après la gare, chez monsieur Coste (vélos), la Pompadour (restaurant), un autre garage, un autre café dont j’ai oublié le nom, plus tard chez Bayle et Doussaud (vétérinaire). Il y avait là la maison des Delarue, chez Villepreux (marchand de vin) et aussi chez Donadieu. 

Ou bien vers Beyssac : chez Bourdarias, chez Dominique Marcilhacy, le père des jumeaux Ricoré, devant l’auberge de la Marquise, qui s’appelait à l’époque le Pavillon

Ailleurs dans Pompadour et autour

Mes parents m’emmenaient aussi chez les Buffière, chez Bernard Lachauddans Pompadour. Au Fromenteau, il y avait les Durand, plus loin les Langlade, etc.

Il faudrait ajouter les gens à qui on rendait visite, soit avec mes parents, Gaston Denis par exemple, soit avec mes grands parents : les Saint-Pierre, les Blanc, les Dutheillet, madame Besse-Lagrave, une dame dont j’ai oublié le nom et qui vivait derrière Arnac.

Ca suffira pour ce soir. Pompadour me semble inépuisable et je suis épuisé. Cela fait une centaine de noms auxquels sont attachés, à chaque fois, plusieurs personnes. La liste de ce soir pourrait bien nous emmener vers les 500 individus. Et je n’ai pas encore dix ans…

 

Related Posts

  • 17 août 2014Le docteur MourièsLe docteur Mouriès était l'un des médecins de Pompadour, celui chez lequel on allait car il était très ami avec mes grands parents. Il avait deux chiens, Darbou, un gros chien noir, et […]
  • 28 décembre 2013Brainstorm : l’école communale de Pompadour.Je dois bien commencer par quelque part. L’école, évidemment. Une période heureuse Je suis resté à l’école communale de Pompadour, en Corrèze, pendant 3 ans. De 1967 à 1969 je […]
  • 30 décembre 2013Joëlle BreuilLa fille qui habitait dans la forêt Joëlle Breuil, je m'en souviens très bien. C'est la fille qui habitait dans la forêt. Pendant les premières années de ma vie, j'habitais rue du […]
  • 17 août 2014Yvette CoudercYvette Couderc était la femme de Didi Couderc. Etrangement, je ne m'en souvenais pas. Il a fallu que je pose la question pour vérifier l'information. Didi est décédé lorsque j'étais […]
  • 14 janvier 2014Monsieur et madame FaureJuste à côté de chez les deux dames d'en face vivaient monsieur et madame Faure. Monsieur Faure passait une bonne partie de son temps dans son jardin, en tablier, avec sa grosse […]
  • 19 mai 2015Ingrid KuylIngrid est la soeur d'Eric Kuyl. Je la connais moins bien : elle venait souvent lorsque j'étais enfant, puis ses visites se sont espacées pendant un bon moment. Mais il y a une dizaine […]

4 Commentaires

  1. Le locataire de madame Villepreux qui draguait via le Chasseur Français.

  2. Solange, qui me gardait à Paris

  3. Bonjour Fred, tu allais avec tes parents plus certainement chez mon grand père, le docteur Mouries où nous vivions lorsque nous sommes rentrés de Côté d’Ivoire… Je tombe sur ton Fredbook alors que je faisais des recherches sur Google …. Que de souvenirs et bons moments !

    J espère que tu vas bien ! Un grand merci pour ce partage.

    Marc Buffiere .

Laisser un commentaire

Champs Requis *.