Fredbook (Rencontres du 50ème type)

Faire la liste de toutes les personnes rencontrées dans ma vie

Les Jussiaux

| 3 commentaires

Avec les Jussiaux j’inaugure les fiches « famille ». Si je fais une fiche sur chaque personne rencontrée au cours de ma vie, ça me prendra bien plus d’un an. Lorsque c’est possible je vais donc faire des fiches collectives. Cela suffira-t-il pour remplir le contrat ? On verra bien…

Monsieur Jussiaux était sous-directeur du haras de Pompadour. J’ai passé pas mal de temps avec ses enfants, car madame Planade, qui me gardait souvent, s’occupait d’eux également. Elle m’emmenait donc parfois dans leur maison, à la sortie de Pompadour. On jouait dans les bottes de paille des écuries qui se trouvaient derrière chez eux.

Mon souvenir d’enfant est plutôt un souvenir de monsieur Jussiaux. Lorsque je jouais au château avec Patrick Bideault, on le croisait très souvent car les bureaux du haras National s’y trouvaient. Il était toujours en costume sombre. Il contrastait avec Guy Bideault, le père de Patrick, plutôt vêtu en cavalier, toujours prêt à aller inspecter un herbage.

Monsieur Jussiaux s’occupait plutôt de la partie informatique : il a été à l’origine, si j’ai bien compris, de la création du CIR, le fichier national d’identification des chevaux, un gros projet (surtout à l’époque), qui vaut à Pompadour aujourd’hui le privilège d’être l’un des rares villages à accueillir le siège d’une administration, celle des Haras Nationaux.

Pour les enfants, je me souviens du grand frère, Philippe je crois, et du cadet Dominique. Philippe était le sérieux, Dominique le plus rigolo. Il y avait aussi Véronique, que je trouvais très jolie (mais j’hésite sur le prénom, entre Véronique ou Catherine). Je sais qu’il y avait une autre soeur, une petite soeur qui riait tout le temps.

Edit, 13 janvier minuit : Etienne Duny m’a envoyé un SMS, c’est Catherine.

Mes parents et les Jussiaux se voyaient assez souvent. Je me souviens en particulier de ma première pêche aux écrevisses avec une trentaine de personnes (oncles et tantes, familles Robert, Bayle, Jussiaux, Bideault…) où ils étaient là. La découverte du coup de la tête de mouton m’avait vraiment impressionné.

Je croise encore les parents. Monsieur Jussiaux bien sûr, mais surtout Andrée, son épouse. Lorsque je la vois dans Pompadour je vais toujours la saluer, parler cinq minutes, évoquer le souvenir de madame Planade, se donner des nouvelles des gens qu’on connaît. Peu d’occasions, mais beaucoup d’affection. Et beaucoup de souvenirs.

Edit, 25 janvier : ma mère m’a appelé pour m’apprendre le décès Michel Jussiaux, quelques jours après que j’aie rédigé cette fiche.

Related Posts

  • 17 janvier 2014Madame DufourMadame Dufour est un peu ma troisième grand-mère. Elle est la grand-mère de mes cousins Manu (Emmanuel Reillier), Stéphanie Reillier et Titi Reillier. Manu, venait me chercher chez moi. […]
  • 17 août 2014Le docteur MourièsLe docteur Mouriès était l'un des médecins de Pompadour, celui chez lequel on allait car il était très ami avec mes grands parents. Il avait deux chiens, Darbou, un gros chien noir, et […]
  • 27 janvier 2014Barsi, le cousin corseJe devais avoir 4 ou 5 ans lorsque mes parents ont rencontré, par je ne sais plus quel hasard, Barsi, le cousin corse de ma mère. Ils ont sympathisé, et Barsi (on l'appelait aussi […]
  • 14 janvier 2014Monsieur et madame FaureJuste à côté de chez les deux dames d'en face vivaient monsieur et madame Faure. Monsieur Faure passait une bonne partie de son temps dans son jardin, en tablier, avec sa grosse […]
  • 28 janvier 2014Guy BideaultMes parents ont rencontré Guy Bideault un jour sur un hippodrome. A Craon, je crois. Le jockey qui devait monter le cheval de mon père n'était pas disponible et Guy Bideault était le seul […]
  • 26 septembre 2014Mon premier coiffeurC'est à Pompadour que je suis allé chez le coiffeur pour la première fois. Je me souviens précisément de cette découverte : l'odeur des laques, le fauteuil inclinable, le coussin qu'il a […]
Nombre de personnes sur cette fiche : 6

6 Personne(s) associée(s) à cette fiche

  • Monsieur Jussiaux, le père
  • Andrée Jussiaux, la mère
  • Philippe Jussiaux, l'aîné
  • Dominique Jussiaux, le cadet
  • Catherine Jussiaux
  • La petite soeur

3 Commentaires

  1. Lors de ma recherche immobilière en 2005, M. Juge m’avait demandé si j’étais parente avec M. Michel Jussiaux. En dehors du fait que mon père s’appelait également Michel, je lui répondis que je ne connaissais personne à Pompadour. Lors d’un échange de courriers, j’appris que M. Jussiaux était probablement un parent de ma famille installée dans le Jura et le Doubs depuis plusieurs générations.
    Depuis je me suis installée en Août 2005 en Xaintrie blanche à St-Julien aux bois.
    Je regrette de n’avoir pas gardé le contact avant sa disparition et m’associe au deuil de sa famille

  2. Nous sommes cinq enfants dont les quatre premiers sont nés à Pompadour
    Pascale (1958)
    Philippe (1960)
    Dominique (1961)
    Catherine (1962)
    Caroline ( 1970)

    Par nous, madame Planade était appelée Nounou

  3. J’ai effectué mes études de droit avec Catherine à Limoges et serais ravi (ainsi que mon épouse Pascale) de pouvoir entrer en contact avec elle.
    Par avance merci à toute personne qui prendra connaissance de ce message et qui connaitrait Catherine de bien vouloir lui transmettre mes amitiés.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.