La jolie Nadine Rue

Jolie, gentille, blonde. Tous les garçons se souviennent de Nadine Rue, j’en suis sûr.

Avec Nadine on s’entendait bien, je m’en souviens. On s’est peu revus et aujourd’hui on s’est perdus de vue, mais j’ai eu longtemps des nouvelles car je voyais sa mère. Puis mon père m’en donnait, également.

Il y a quelques années elle tenait l’un des hôtels-restaurants de Pompadour. C’est là que l’ai vue pour la dernière fois.

Mon père joue un grand rôle dans mon lien à Pompadour. Il y vit la moitié du temps, et lorsqu’on déjeune ensemble, je lui demande des nouvelles. Je suis au courant des mariages, des décès, des arrivées et des départs. Il réactive régulièrement ma mémoire sur la vie à Pompadour.

Je me souviens de la mère de Nadine, pas de son père. Je ne sais pas pourquoi il me semble qu’elle travaillait à la Poste, à une époque.
Comme ce projet consiste à comptabiliser les gens que j’ai rencontrés et que je suis incapable de faire une fiche concernant deux personnes